Via James, son personnage, Romain Ravenel, illustrateur et directeur artistique de James & Cie – Les écarts, vous propose une nouvelle série d’Appar-Être où le personnage explore plusieurs décors : des environnements lui donnant l’envie d’écrire quelques mots bien sentis.

Cependant, contrairement aux autres séries déjà produites, les photographies furent modifiées à l’aide de l’application Prisma. Cet outil fort intéressant permet d’appliquer des filtres qui selon les décors choisis renforcent l’esthétique poétique et fantaisiste de l’univers de James.

Appar-Être est un concept sensé révéler les aventures ou mésaventures de James dans la réalité, mais pourquoi ne pas forcer le trait en accentuant la poésie des photographies afin de renforcer ses mots ?

Nous vous laissons apprécier cette nouvelle exploration et constater par vous même que les flâneries de James prennent de l’ampleur, des formes et de la couleur.

 

Appar-Être : deuxième exploration, Appar-Être, James, les écarts, les écarts de james, james et cie, james & cie, james et compagnie, james et cie les écarts, james & cie les écarts, james et compagnie les écarts, Romain Ravenel, poésie, image, récit, photographie, Metz, illustration, dessin, personnage, personnage dessiné, poésie visuelle, théâtre virtuel, Prisma,

Exploration #1

« Dans la noirceur de la nuit, étriqué et sans repères, James était devenu l’ombre de lui-même. Terrassé dans son enfermement, un cycle infini avait pris racine, une histoire sans fin qui avait perdu toute saveur noircissait les murs de ses fantaisies. Dans un dernier souffle qui faisait bondir son cœur et étouffer sa gorge, il rassembla ses forces et ouvrit les yeux. Face à lui se tenait une serrure, cet interstice patient, attendant une clef salutaire – peu importe sa forme. Dirigeant son regard vers le trou d’un ailleurs, James ne reçut que des sons, des cris et des pleurs : les douleurs de ce qui devait – et ce qui doit –aujourd’hui et pour longtemps, rester à jamais enfermé, clos, achevé. » James

 

Appar-Être : deuxième exploration, Appar-Être, James, les écarts, les écarts de james, james et cie, james & cie, james et compagnie, james et cie les écarts, james & cie les écarts, james et compagnie les écarts, Romain Ravenel, poésie, image, récit, photographie, Metz, illustration, dessin, personnage, personnage dessiné, poésie visuelle, théâtre virtuel, Prisma,

Exploration #2

« James avait trouvé sa place. Aux côtés des fleurs qui fanent puis éclosent, il avait oublié qu’après les pétales vient le bouton. Délicate abréviation d’un corps sensible au renouveau, il ne pouvait s’empêcher de porter ses yeux vers l’étalage floral qui jonche l’élégance d’une tige dressée vers une nouvelle floraison. Fidèle poète face à ce mouvement naturel, il ne chercha nulle métaphore, juste le ressenti d’une contemplation. » James

 

Appar-Être : deuxième exploration, Appar-Être, James, les écarts, les écarts de james, james et cie, james & cie, james et compagnie, james et cie les écarts, james & cie les écarts, james et compagnie les écarts, Romain Ravenel, poésie, image, récit, photographie, Metz, illustration, dessin, personnage, personnage dessiné, poésie visuelle, théâtre virtuel, Prisma,

Exploration #3

 » Au cœur de l’aridité : un désert. James courbait l’échine face à celui qui cogne le corps et l’esprit. Genoux à terre, il chercha un coin d’air, une bouffée d’oxygène suffisante pour quitter cette terre. Haine de celui qui se lève ou se couche. Rage contre la chaleur qui transpire la fraîcheur précieuse gardée par son corps. Dégoût de l’astre qui dicte le temps puis les rythmes de ce monde. Déshydraté de tous bords, la soif tiraille en tenaille. Il n’y a plus d’hésitation : seule la patience glaciale. » James

 

Appar-Être : deuxième exploration, Appar-Être, James, les écarts, les écarts de james, james et cie, james & cie, james et compagnie, james et cie les écarts, james & cie les écarts, james et compagnie les écarts, Romain Ravenel, poésie, image, récit, photographie, Metz, illustration, dessin, personnage, personnage dessiné, poésie visuelle, théâtre virtuel, Prisma,

Exploration #4

« Avide creux qui me consume comme le feu réduit en cendres mon écriture. Acidité de mon ventre remontant jusqu’à mon cœur. Tourment d’une chair tordue intemporelle qui dévore petit à petit ce qui m’apparaît comme juste, bon ou agréable. Abysse sondé mille et une fois par le jet de mon verbe. Cicatrice d’un segment d’amour appauvri qui me brule et que j’anime. Serres d’ulcère qui déchiquettent et défigurent ma peine, cessez vos griffes ! » James

 

Appar-Être : deuxième exploration, Appar-Être, James, les écarts, les écarts de james, james et cie, james & cie, james et compagnie, james et cie les écarts, james & cie les écarts, james et compagnie les écarts, Romain Ravenel, poésie, image, récit, photographie, Metz, illustration, dessin, personnage, personnage dessiné, poésie visuelle, théâtre virtuel, Prisma,

Exploration #5

« Fidèle à ses goûts James – le givré – parcourait l’étendue d’une neige froide. Subissant les souffles gelés, son corps se recroquevilla. Il n’était ni agile, ni grand. Il était crispé et grelotant. Pensant succomber sous les intempéries, il se rappela les heureux souvenirs d’un temps fixé par un début d’été. Retrouvant la chaleur d’une mémoire lointaine, le froid et l’absence prirent un tout autre sens. James raviva l’empreinte de ses bras, ses enlacements chaleureux. Ceux qui ne disparaitront jamais. Ceux qui s’impriment comme des fers rouges dans la chair. Au loin, dans l’épaisse brume blanche, se profile la fonte d’une saison morte, d’un vide avec lequel il devra continuer de vivre. » James