Retour sur terre

Cela fait un moment maintenant que je vous ai embarqué dans mon voyage souterrain

Je vous ai raconté une histoire de marin qui jouait au toréador,

Mais fut un temps, il était chercheur d’or dans un jardin.

Mon jardin damné où aujourd’hui je déterre son cadavre.

Demain je vous conterai mon jardin où fleurissaient des orchidées cendrées.

Mais aujourd’hui j’imagine mon marin au havre

Et il me dit c’est fini.

Regard au loin

Je cherche juste à m’évader,
Oublier le temps qui passe,
Le laisser s’envoler.
Je le vois déjà qui file au loin,
Est-il parti pour de bon?
Qu’est-ce que ça fait de toute façon.
Je laisse alors mon esprit voyager.
Je lâche cette main qui m’oppresse,
J’oublie ces contraintes qui me pressent et je pars,
Au hasard,
Sans remords et surtout sans regrets,
Je largue les amarres et je met les voiles,
Là où le ciel est noir et parsemé d’étoiles,
Je suis le seul maître à bord,
Je tiens la barre avec comme seule prison
Le ciel et son horizon.

Divaguer, Saranonyme, Sara Avlis, Les écarts, les écarts de saranonyme, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, personnage, personnage dessiné, illustration, graphisme, poésie, récit, écriture,

Divaguer