James & Cie - Les écarts

Collectif d'auteurs/personnages ou de personnages/auteurs dessinés. Découvrez notre univers fait de poésies, récits, expositions, projets et aventures.

Les écarts, Les écarts de Saranonyme

L’été indien

L'été indien, Saranonyme, Sara Avlis, les encres anonymes, les écarts, les écarts de Saranonyme, James et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, illustration, dessin, graphisme, personnage, personnage dessiné, écriture, récit,

La présence

Il y a des silences où il n’y a jamais eu de bruits

Comme dans ses yeux clairs pourtant aussi sombres que la nuit

Ses nuits sont des étés doux et parfumés,

Il est où je me réveille

Il est où je me suis endormie.

Nuit d’hiver

Il y a tes hanches qui roulent

Comme muées par la houle qui coule de mes yeux,

Combat silencieux de vents violents qui vont, reviennent et s’immiscent

Entre tes reins et nos creux.

Il y a ton bassin qui balance dans des sens

Qu’on croirait incertains mais aussi audacieux.

Mon attention redouble quand tes épaules se dédoublent

Et s’enroulent à nouveau tel

Un horizon qui se meut,

Puis il se mélange entre les vagues et les cieux,

Fin de saison achevée, foulée, distendue

Comme fondue entre le temps qui reste et celui qui n’est plus.

Voyage équivoque d’une breloque solaire,

Toi et moi on change d’hémisphère,

On part surfer les solstices d’hiver.

Nuit polaire et de lumière, comme plafond l’infini,

Où l’on se mixe.

Je saisis l’adresse complice de la malice

Avec laquelle tu empoignes au vol

Ces larsens qu’on entend et qui crissent,

On les sent qui nous collent, intangibles silences au sous-sol,

Moi le con, toi la folle mais on s’en fout

Tant que sous nos draps se pressent les corps jusqu’à s’en rendre fous,

Qu’à nos rebords on se repêche,

Ma peau collante, ta barbe rêche,

Inlassables mais sensuels.

Tu me montres ton ciel et son goût d’éternel,

Sans ça, sans mise à sac, sans ressac,

Sans sable, juste nous deux sur les collines des origines,

Ce soir le ciel est vaporeux, nous nus et heureux

Dans un voile de mousseline.

Tiens j’ai perdu quelques plumes,

Je te hume, on se fume.

Dis-moi au clair de cette aurore polaire

Comment pourrais-je échouer à la page, et marquer ta plage,

Où vais-je déserter quand le jour cassera la nuit?

La lune là-haut sourit, le temps passe,

On s’empresse, on se perd,  on rit.

Le temps presse, on s’embrasse,

On embrase cet équinoxe équivoque invoqué dans le désert.

L'été indien, Saranonyme, Sara Avlis, les encres anonymes, les écarts, les écarts de Saranonyme, James et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, illustration, dessin, graphisme, personnage, personnage dessiné, écriture, récit,

L’été indien

1 Comment

  1. Nicolas

    Un très beau rythme et de belles sonorités dans cette « Nuit d’hiver ».

Leave a Reply

Theme by Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :