L’implant

Oh comme la Dureté de l’Acier

Compare la Rudesse de tes Faiblesses

Au souvenir de Tes Caresses

 

Tu dis de Métal être constitué

Qu’on le fonde à Mes Mots

Pour Nouer des Flots Sur Ma Peau

 

A ton Ame Trempée-vive

Bains Vapeur de l’Enfer

De mon Cou que tu serres

 

Pour que personne ne remarque Jamais

A mes Chevilles tatouées

La Noirceur de Tes Colliers Oxydés.

 

L’asphyxie

L’Eloquence de l’Extinction d’un Mot

D’une Souffrance qui effraie Ma Rengaine

Qui tarie Ces paroles qui m’étreignent

A l’inculte Souvenir de ce Sot

 

Tues l’Aurore, ce n’est autre que l’Aube Déguisée

Lacérée des Douceurs aux Abysses Ethérés

Meurs ici, Retrouvée Véritable

En Esclave de ta Lame Charitable

 

Frémissante au Vacarme qui susurre à mes larmes

De l’actif de ce monde amoindri

Qui réclame toujours plus à Nos Charmes

Pour que brûle Encore un Temps

Les Cendres de Nos Vies.

Parmi les ronces enchevêtrées, Lily, les écarts, les écarts de Lily, James et cie, james & cie, james et compagnie, james & cie les écarts, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, dessin, illustration, personnage personnage dessiné, récit, poésie, poésie érotique, texte érotique, sensualité, érotisme,

Parmi les ronces enchevêtrées