Voici le résultat d’une nouvelle série d’Appar-Être produite en collaboration avec Caroline, lectrice de James & Cie – Les écarts sur Twitter.

L’idée de départ pour cette série fût : qu’est-ce qu’une rencontre ? Une simple question, et pourtant si complexe car celle-ci s’imagine, se fait ou ne se fait pas. Tout en tentant de trouver des réponses au fil d’une correspondance soutenue, James et Caroline s’interrogent sur les images et photographies pouvant illustrer les étapes d’une rencontre fictive où femme et homme s’imaginent et se rêvent à distance. Comme pour toutes autres séries d’Appar-Être, l’image et les mots s’imbriquent, comme une évidence, car parler d’un désir qui se nourrit au fil du temps s’alimente via une progression : celle d’un dévoilement de soi à travers la photo mais aussi au travers des mots – le verbe – n’ayant de cesse d’illustrer, dire, projeter ce que l’on ressent.

La rencontre est un début, des instants puis ceux-ci se consument. Prélude, milieu et fin, poser cette question de « qu’est-ce qu’une rencontre », induit la réponse : qu’en reste t-il ? Doit-on forcément y mettre fin ? … Ce sujet universel nous touche, peu importe qui nous sommes. Quant aux éventuelles réponses, elles nous restent personnelles car tout dépend de l’autre.

Encore une fois, le concept des Appar-Être de James & Cie – Les écarts ouvre les portes d’une réflexion vers les autres, vers vous, lectrices et lecteurs, qui n’êtes pas si différents de James et encore moins indifférents face aux liens tissés entre les images et les mots, et inversement.

Nous vous laissons apprécier quelques mots de Caroline au sujet de cette collaboration artistique :

« Tout a commencé sur Twitter… Un jour, j’ai reçu un message de l’un de mes followers me disant qu’il avait découvert un artiste intéressant et que mes photos pourraient lui être utiles. C’est là que j’ai rencontré la frimousse de James. J’ai parcouru rapidement les quelques dernières publications de ses écarts et Appar-Être et j’ai été séduite par l’idée d’incruster ce petit personnage intrigant sur des photos, en l’occurrence, de séduisantes jambes féminines. J’ai pris contact avec lui, tout d’abord pour le féliciter, lui dire que j’aimais beaucoup son concept, et lui proposer ma participation au projet, même si je trouve mon image bien moins jolie que celles déjà utilisées. Et là, James m’a accueilli dans son monde. Ses idées, ses projets, son parcours, ses envies, ses collaborations… Premier cliché. La tension. Que va-t-il en penser ? Est-ce que cela convient ? Va-t-il pouvoir s’imaginer évoluer avec moi ? Ou plutôt sur moi ? Toutes ces questions ont été balayées par le professionnalisme et la bienveillance de son créateur, Romain Ravenel. Puis, tout s’est enchaîné très vite, les premiers coups de crayon, les premiers mots, des échanges très naturels entre nous, comme une évidence. J’abreuve James d’images de mon corps, mettant de côté mon manque de confiance, puis il les transforme en image/récit. En bref, une rencontre virtuelle improbable, une collaboration très riche et intense, une réelle satisfaction pour moi d’avoir été muse pour quelques instants. Merci. » Caroline

Nous vous laissons découvrir cette nouvelle série d’Appar-Être aux charmes écrits, que vous pourrez retrouver et partager sur le Twitter et Instagram de James & Cie – Les écarts.

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #1 : Caroline et James

« Equilibriste sur ce fil du désir qui nous anime, James s’était retrouvé saisi par une main féminine. Soulevé de terre, l’ascension se fait sentir, une montée vers une inconnue, un être – elle – le sien, tout entier et se dévoilant par touche comme le peintre qui brosse la première couleur sur son canevas qui sera l’image : un récit pour tous. A destination – l’intriguant – voit une mise en avant, le premier désir charnel d’une bouche qui s’avance dans l’attente d’un échange. » James

 

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #2 : Caroline et James

« Il est toujours difficile de plonger. James n’osait pas se mouiller. Non pas qu’il craigne une noyade – bien au contraire – mais à peine s’était-il aventuré dans le grand bain qu’il sentit la sensation d’être submergé. A travers l’eau qui recouvre les sirènes dont les chants hypnotiques engloutissent les prémices, James osa un premier pas. Au contact doux et chaleureux, elle – naïade songeuse – se prépare à luire de mille feux. Au milieu des senteurs et des parfums qui pénètrent un paysage nacré, le personnage navigue sur l’onde où s’accumule puis se disperse une mousse qui cache ou dévoile d’un seul geste. » James

 

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #3 : Caroline & James

« Dans le noir de ses nuits s’exprime sa sensualité, l’éclat d’une tenue choisie par sa patience. Lascivité peinte en noir et blanc, une apprêtée exacerbe sa féminité. Jouant sur ses nuances, James profile une première offrande. L’invitation de recevoir tout en découvrant devient présente. Là, nocturne et dévêtue, la peau résonne comme tant de rêveries qui s’associent. Désir de l’un, envie de l’autre, attente contre impatience, jeux opposés aux sentiments, autant d’oppositions qui feront sens dans les postures qui s’adoptent, se font et se ressentent. » James 

 

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #4 : Caroline & James

« L’appel des couleurs, le soin de choisir le ton vif pour dire son envie. James, l’œil trop grand ouvert face à ses monts, ne pouvait retenir l’aventure d’une escalade. Celle d’une progression, un cheminement par l’effleurement jusqu’au plaisir d’une entrevue. L’échange d’un mot, d’un regard, la tentation du rouge – chair – de cette attraction, elle, dont chaque couleur dessine un point précis d’une carte où les destinations ouvrent un au-delà. Telle était son expression des étreintes à la suite, la vivacité de son désir. » James

 

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #5 : Caroline & James

« A terre, les graines d’une rencontre avaient porté leur fruit. L’expression d’un rosier grimpant qui s’enlace rappel la mémoire des instants. Jardinier impromptu, James observe un sentiment diffus. Celui qui parcourt ses veines pour faire frémir sa peau. Elle, se prélassant sur le sol des ses envies communes ou solitaires, pense à la suite et rêve de son image. Elle laisse ses sens divaguer, naviguer sur un plaisir fertile à bien d’autres. Acheminée vers un monde où tous les possibles font corps, elle s’allonge… » James

 

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #6 : Caroline & James

« Dans la fatigue des retrouvailles ou des départs, l’ivresse en berne fait place à la douce torpeur de celle profitant d’une accalmie. Le regard au plafond, l’air ambiant conserve les souffles des corps qui n’avaient de cesse de se comprendre mutuellement. Entente et simultanéité. Repos mérité ou passager. Les dernières caresses d’un alcool enivrant au palais se laissent apprécier. James – dernier observateur d’un instant volé – laisse une dernière impression discrète, le souvenir d’un corps imaginaire dessiné qui se fait désirer. » James

 

"Appar-Être" : les charmes écrits, charme, photo, photographie, Jamesn Les écarts, les écarts de james, james et cie, james et compagnie, james & cie, james et cie les écarts, james et compagnie les écarts, james & cie les écarts, poésie, récit, personnage, personnage dessiné, Romain Ravenel, Appar-être, érotisme, sensualité, femme, séduction, collaboration artistique, amour, sentiment, lingerie, jambes, corps de femme,

Appar-Être #7 : Caroline & James

« Saint portait des courbes. Le corps devient une peinture ou la suggestion devient de mise. James franchit le cadre et brise la distance imposée par l’œuvre. Face à la douceur de cette peau où le toucher devient une évidence, les palpitations d’un cœur découvrent un sentiment, l’admiration des perles ruisselantes d’une larme qui s’écroule. Un plaisir des yeux touchant les sens d’une créature atteinte qui se dévoile. » James